Actualités

Budget Primitif 2019La Mairie de Cannes rend la ville plus belle, pratique et attractive : avec 74 M€ d’investissements en 2019 tout en défendant les contribuables, grâce à la progression de sa capacité d’autofinancement, dans le respect d’une stricte orthodoxie financière et dans la sobriété fiscale.

Adoption du budget 2019 : garantir un avenir protecteur et dynamisant

La Mairie de Cannes rend la ville plus belle, pratique et attractive : avec 74 M€ d’investissements en 2019 tout en défendant les contribuables, grâce à la progression de sa capacité d’autofinancement, dans le respect d’une stricte orthodoxie financière et dans la sobriété fiscale.

Établi selon le principe de la rigueur bénéfique qui démontre son efficacité depuis 2014 et dont les résultats ont été attestés par la Chambre Régionale des Comptes dans son rapport de 2018, le budget primitif de la Mairie de Cannes, examiné le 11 février 2019 en Conseil municipal, a été adopté à l’unanimité. Il respecte les fondamentaux du mandat de David Lisnard : forte baisse de la dette communale, diminution des dépenses de fonctionnement, aucune augmentation des taux des impôts communaux et aucune remise en cause des abattements fiscaux.

Ces résultats budgétaires prouvent qu’il est possible d’agir avec rigueur tout en parvenant à un haut niveau d’investissement au service des habitants, et sans utiliser le levier de l’impôt malgré les ponctions et transferts de charges imposés par l’État.

Un budget 2019 de la Mairie de Cannes qui permet de dynamiser la ville, qui protège les générations futures, profite au pouvoir d’achat des habitants, et qui prépare l’avenir de Cannes.

« Ce vote du budget est toujours un moment fort et important. Il concrétise la mise en œuvre de notre projet municipal, par notre méthode de rigueur bénéfique. La finalité n’est pas comptable, elle est humaine, au service de tous et d’une vision harmonieuse de notre ville,
tout en construisant un avenir solide. 
»
David Lisnard

0 % d’augmentation des taux des impôts communaux

L’environnement national est particulièrement défavorable avec la dette publique en France qui vient d’atteindre un niveau record de 99,3 % du PIB, le dérapage du déficit de l’État qui devrait, selon Bercy, s’établir à 3,2 % du PIB en 2019, repassant pour la première fois depuis 2016 au-dessus des 3 % exigés par les traités européens et dépassant les 100 milliards d’euros (+ 32 % en un an !) - ce qui a valu à l’exécutif une mise en garde par la Cour des Comptes le 6 février dernier -, et la croissance économique qui ralentit, en étant inférieure aux autres pays européens.

Dans ce contexte morose et instable, les collectivités territoriales continuent de faire figure de variable d’ajustement budgétaire de l’État. Ainsi, malgré l’annonce du gel des dotations et des prélèvements de péréquation, ces mécanismes continueront de pénaliser les finances de Cannes qui, fin 2019, auront subi au profit de l’État une perte de 114,5 millions d’euros de ressources depuis 2014.

À contre-courant du pouvoir central, la démarche volontariste d’optimisation de la gestion financière de la Mairie de Cannes a d’ailleurs fait l’objet d’un satisfecit remis par la Chambre Régionale des Comptes dans son rapport de 2018, validant ainsi la méthode mise en œuvre à Cannes. Parmi d’autres appréciations positives, la Cour des Comptes écrit, par exemple, que « la situation financière de la Ville de Cannes est satisfaisante. La commune dégage une épargne brute importante, qui lui permet de financer le remboursement de sa dette et une partie de ses investissements. »

Ainsi, grâce au respect scrupuleux de ses principes budgétaires, les finances de la Mairie de Cannes sont saines comme l’atteste ce rapport d’observations définitives de la Chambre Régionale des Comptes. Avec un budget 2019 d’un montant de 447 millions d’euros, construit dans un souci de maîtrise des dépenses et d’optimisation des recettes de fonctionnement, la municipalité protège les contribuables sans toucher aux taux de fiscalité communale.

En outre, au niveau des taux d’impôts, contrairement à ce qui est instauré dans beaucoup d’autres villes, les abattements fiscaux ne sont pas modifiés et la surtaxe sur les résidences secondaires n’est pas applicable.

Avec cette politique fiscale volontariste, Cannes figure parmi les grandes villes de France où les taux des impôts locaux sont les plus bas, préservant ainsi le pouvoir d’achat des Cannois et accentuant l’attractivité de la ville.

« À la différence d’autres communes de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, la Ville de Cannes n’a pas réduit les abattements pour compenser la diminution des dotations de l’État. »
Extrait du rapport 2018 de la Chambre Régionale des Comptes.

Des fondations budgétaires solides, résultat d’un plan drastique d’économies

« Comme en 2018, la rigueur bénéfique reste de mise à la Mairie de Cannes afin de préserver le pouvoir d’achat des Cannois. » David Lisnard

En 2018, la Mairie de Cannes a réussi à dégager un excédent budgétaire de 47 millions d’euros, contre 43,7 millions d’euros en 2017 soit une amélioration de 3,3 millions d’euros, alors même que l’État a poursuivi ses ponctions sur le budget communal. Cette approche municipale vertueuse et rigoureuse permet de dégager des marges de manœuvre financière par de la capacité d’autofinancement.

« Cannes n'a pas besoin des injonctions de l’État pour maîtriser son budget et préparer l'avenir. On aimerait simplement que l’État en fasse de même et observe la même discipline. »
David Lisnard

• Les efforts sur les dépenses de gestion courante amplifiés

Grâce à l’ensemble des efforts réalisés sur les dépenses de gestion depuis le début du mandat, les charges à caractère général diminuent de - 2,4 % par rapport à 2018.

« Nous baissons encore nos dépenses de 1,1 M€. Cette baisse du train de vie de la Mairie de Cannes est d’autant plus méritoire qu’elle intervient après déjà cinq ans de rigueur budgétaire qui se sont traduits dans les faits chaque année par de fortes baisses des dépenses de fonctionnement. »
David Lisnard

• Une masse salariale strictement maitrisée (- 0,47 % malgré 1,08 millions d’euros de surcoûts imposés par l’État)

En matière de charges de personnel, une gestion rigoureuse et humaine des effectifs, associée à la dynamique d’un plan de formation et d’une politique de redéploiement interne des personnels, permet de compenser partiellement les mesures gouvernementales (revalorisation du point d’indice, compensation de la hausse de la C.S.G., etc.). La réduction des effectifs permanents de 146 agents, réalisée entre 2014 et 2018, conduira à une réduction de la masse salariale de - 0,47 %, à périmètre constant.

« Les mesures de l’État sur la fonction publique vont coûter 1,08 millions d'euros à la Mairie de Cannes en 2019. Malgré cela, grâce à nos gains de productivité et notre plan d’économies, nous baissons les charges de personnel et dépenses de fonctionnement pour la sixième année. »
David Lisnard

• Des associations sensibilisées aux bienfaits de l’orthodoxie financière

Les associations constituant un des moteurs de l’animation sociale, culturelle et sportive de la collectivité, la municipalité continue de soutenir ce tissu dense tout en affinant au plus près les besoins de subventions dans un esprit de responsabilité partagée. Les subventions sont donc ajustées aux besoins réels de ces structures qui entendent les problématiques financières rencontrées du fait des décisions de l’État. Ainsi, la Mairie de Cannes versera en 2019, 14 728 362 € de subventions (soit + 2 % par rapport à 2018) aux associations.

En ajoutant le CCAS et le GIP Cannes Bel âge, au cœur de l’action sociale, le montant global de subventions s’élèvera à 24 997 862 € (soit + 1 % par rapport à 2018).

• Des recettes optimisées, stables, malgré le désengagement de l’État

Outre la réalisation d’économies de gestion, le maintien de l’excédent de fonctionnement passe par la génération de recettes supplémentaires. Sans recourir au levier fiscal, le budget 2019 voit ses recettes évoluer de 3,74 % par rapport à 2018, à périmètre identique. Cannes tire ainsi profit de son attractivité par les recettes liées aux flux économiques et de l’optimisation des ressources issues de son patrimoine, notamment de locations évènementielles.

En 2019, les démarches de la Mairie de Cannes en matière de recherche de financements s’intensifient. 3 millions d’euros de partenariats sont attendus. Considérant les difficultés financières que rencontrent ces collectivités, du fait des ponctions subies sur les dotations de l’État, le maintien de ce haut niveau de participations extérieures démontre la qualité, la pertinence et la solidité des projets cannois portés par l’équipe de David Lisnard.

Une très forte et continue baisse de la dette communale

Fin 2019, l’endettement de Cannes aura diminué de 55,51 millions d’euros par rapport à 2014. L’objectif fixé, dans les engagements de David Lisnard, d’un encours proche des 200 millions d’euros en 2020 sera ainsi atteint avec un exercice budgétaire d’avance.

Avec une capacité de désendettement de 3,68 années, très en-deçà de la moyenne des villes françaises de taille équivalente et à fortiori des seuils d’alerte fixés par l’État, la dette ne représentant que 78,85 % des recettes réelles de fonctionnement et ne présentant aucun emprunt toxique, la situation de la Mairie de Cannes en la matière est particulièrement saine. Cannes dispose ainsi d’une signature de qualité, lui permettant de bénéficier de prêts bancaires à des taux très bas, le taux moyen de l’encours s’établissant, fin 2018, à 1,90 %.

En outre, le travail constant de renégociation de la dette génère d’importantes économies de gestion. Ainsi, grâce au désendettement réalisé depuis 2014 par la municipalité, les frais financiers ont diminué de 2,7 millions d’euros sur la période, preuve de l’efficacité d’une démarche vertueuse. Ils baisseront de 14,26 % en 2019 par rapport à 2018 !

La Mairie de Cannes, fidèle à ce qu’elle fait depuis 2014, dépasse largement les objectifs imposés par l’État aux autres, pas à lui-même, puisque selon les critères d’évaluation retenus, les dépenses de fonctionnement diminueront de - 1,01 % en 2019 et la commune disposera d’une capacité de désendettement de 3,68 ans, là où le gouvernement impose aux collectivités des dépenses de fonctionnements limitées à + 1,2 % et une capacité de désendettement inférieure à 12 ans.

« Les charges financières de la Mairie de Cannes baissent (- 14,26 %) en 2019/2018 : conséquence de la baisse continue de la dette communale depuis 2014 (diminution de 55 millions d'euros de la dette, sans recourir au levier fiscal grâce aux économies de fonctionnement et au dynamisme de la ville. »
David Lisnard

Des investissements au service de l’humain : 74 millions d’euros pour 2019

La municipalité continue d’investir dans tous les quartiers pour améliorer les espaces et les équipements publics, pour tous les cannois et les visiteurs, en faveur du cadre de vie, donc de la qualité de vie et de l’attractivité.

74 millions d’euros sont ainsi prévus au budget 2019 afin de rendre Cannes attractive et toujours plus pratique et agréable à vivre au quotidien.

« Nous finançons 74 M€ d’investissements par une amélioration de notre capacité d’autofinancement, dans le respect d’une stricte orthodoxie financière et sans augmentation fiscale. Quand on crée des espaces publics beaux et sécurisés, notre attractivité s’accroit
et nous vivons mieux.
 »
David Lisnard

Le montant des dépenses proposé illustre la volonté de la municipalité de poursuivre son ambitieux mais réaliste programme d’investissement qui comprend pour 2019 le lancement ou la poursuite d’opérations majeure telles que :

  • La première tranche des travaux d’embellissement et de réaménagement du boulevard Gazagnaire incluant la rue Saint Jin-Jin, afin de valoriser la qualité paysagère et le caractère sauvage des lieux, renforcer leur identité entre attractivité et sérénité et offrir une promenade récréative et sportive (montant du crédit de paiement : 3 900 000 €) ;
  • Sur plus de 76 000 m² d’espaces publics, l’achèvement de la phase 1 de l’aménagement et l’embellissement du centre de La Bocca (notamment les travaux de renouvellement de réseaux des concessionnaires, de démolitions préparatoires et de requalification des espaces publics) est prévu en 2019 (montant du crédit de paiement : 6 825 000 €, le reste étant assumé à hauteur de 7 500 000 € par la Communauté d’Agglomération Cannes Lérins) ;
  • Les travaux sur l’avenue de Grasse débutés à l’automne 2018, visant à améliorer les circulations automobile et piétonne, à embellir le quartier et à augmenter le nombre de stationnements existants, s’achèveront en septembre 2019 (montant du crédit de paiement : 2 100 000 €) ;
  • L’évolution des moyens consacrés à la sécurité et à la lutte anti incivisme avec : l’extension de la vidéo-protection, dont notamment le renforcement des équipements informatiques dédiés et l’installation de vingt nouvelles caméras, complètera l’action des forces publiques en matière de protection des personnes et des biens et de lutte contre les incivilités (montant du crédit de paiement : 700 000 €). Cannes dispose du réseau de caméra de vidéo-surveillance le plus dense de France et va ainsi passer de 629 à 649 caméras courant 2019. Le nombre de bornes de sécurité passera lui de 436 à 476 en 2019 ;
  • Pour faire de Cannes une ville universitaire, tournée vers les techniques de l’image et l’industrie créative, accompagnée par la construction d’un multiplexe cinématographique « Cineum » à l’entrée de ville par La Bocca, la municipalité construit le Campus universitaire et l’hôtel d’entreprises ainsi que les aménagements extérieurs du projet (montant du crédit de paiement :12 575 000 €) ;
  • Après l’ouverture à la rentrée de septembre 2018 du nouveau groupe scolaire Jacqueline de Romilly (ex-école des Broussailles), la finalisation de ce projet majeur de la mandature en matière scolaire interviendra en 2019 avec les travaux de rénovation complète du gymnase intégré au site (montant du crédit de paiement : 2 400 000 €) ;
  • Pour la modernisation et l’embellissement du stade des Hespérides, une nouvelle salle polyvalente sera construite en 2019 sur le site (montant du crédit de paiement : 860 000 €) ;
  • La requalification et la rénovation des allées de la Liberté, de la Place de Gaulle et de la rue Felix Faure se poursuivront en 2019 (montant du crédit de paiement : 2 900 000 €) ;
  • Pour le réaménagement complet des boulevards du Midi/Louise Moreau et Jean Hibert, les travaux par phases de l’un des projets phares de la mandature dit « BoccaCabana », sous réserve du calendrier logistique, continueront en 2019 avec le démarrage du réaménagement et de l’embellissement de la zone dite « Correia » entre le passage Sémard et la descente sur la rue de la Verrerie (montant du crédit de paiement : 2 450 000 €) ;

En outre, les travaux suivants sont également prévus : la troisième phase des travaux d’embellissement du secteur dit « du Carré d’Or », l’embellissement du front de mer et l’accompagnement des renouvellements de concession des plages de la Croisette, la réfection et le confortement des digues Laubeuf et du Large, la réhabilitation de l’église Notre-Dame de Bon Voyage, ou encore la modernisation ainsi que le lancement d’un marché de conception-réalisation pour une nouvelle extension du Palais des Festivals et des Congrès, le premier en chiffre d’affaire de France, hors Paris.

Autant de réalisations qui marquent le renouveau de Cannes avec comme objectif premier, l’amélioration de la qualité de vie de chacun, et ce, dans le respect d’une stricte et durable orthodoxie financière par la Mairie de Cannes.

Cannes avance - en savoir

Subventions aux associations

En application des lois n° 2016-1321 du 7 octobre 2016 pour une République numérique et n° 2000-321 du 12 avril 2000 relative aux droits des citoyens dans leurs relations avec les administrations, vous trouverez ci-dessous la liste des subventions dépassant le seuil de 23 000 € et versées aux associations à compter du 1er août 2017.

Télécharger les documents :