Constantinople, Grèce, Russie : hymne à la gloire de la Vierge

Si l’artiste byzantin est modeste, l’art byzantin, lui, vise constamment au Sublime.
Le concile œcuménique d'Éphèse (en 430) a défini le rôle de Marie de Nazareth, mère de Jésus, comme « Mère de Dieu » (Theotokos).
Les célébrations et les icônes mariales - elles sont innombrables - lui attribuent une incroyable diversité de noms et de types de représentations : Marie comme "la Joie inattendue", comme "Mère des affligés", "Jubilation de toute la création", "Recherche des perdus", "Source vivifiante" « Montagne non taillée de main d’homme »… Une typologie de près de 250 « modèles » différents.
Les icônes avec leurs fonds d’or et leurs figures tissées de lumière veulent faire apparaître plus que la matière. Elles se présentent comme des irradiations perpétuelles.
Elles font aussi ressortir des aspects différents de l'Église, depuis Constantinople vers la Grèce et la Sainte Russie.

Intervenant : Catherine de Buzon, diplômée d’Histoire de l’art et d’architecture.

Dans le cadre deSaison Cannes UniversitéEn savoir

Quand ?

lun. 01 oct. 2018

Horaire : 15h

Où ?

Salle Stanislas
rue Louis Pastour
06400 Cannes

Qui ?

Tout public

Tarif(s) ?

Normal : 9 €
Adhérent : gratuit
18-25 ans: 7 €
Moins de 18 ans : gratuit
Cannes Pass Culture : 7 €

Renseignements

Cannes Université
contact @ cannes-universite.fr
Tél : 04 93 38 37 49
www.cannes-universite.fr