Théâtre National de Ballet et d'Opéra de Moscou Natalia Sats

Direction artistique : George Isaakyan

BALLETS « SHEHERAZADE », « CHOPINIANA» ET « LES DANSES POLOVTSIENNES ».

-SHÉHÉRAZADE
Musique : Nicolas Rimski-Korsakov
Chorégraphie : Michel Fokine
Recréationchorégraphique : Andris Liepa, Artiste du peuple de la Fédértion de Russie
Décors : Anatole et Anna Nejny d’après les esquisses de Léon Bakst

En 1910, Michel Fokine adapte le poème symphonique de Nicolas Rimski-Korsakov pour les ballets russes de Diaghilev. Cette œuvre s’inspire du recueil de contes Les mille et une nuits.

Après avoir été trompé par sa première femme, le Sultan Shahryar épouse chaque soir une jeune vierge qu'il fait tuer au matin de la nuit de noces pour se venger... Afin de faire cesser ce massacre, Shéhérazade, fille du Grand Vizir, imagine un stratagème : elle épouse le Shah et lui raconte chaque nuit une aventure captivante dont la suite est reportée au lendemain.

Contrairement à son titre, le ballet explore l’avant-propos du récit, sans mettre en scène Shéhérazade.

Michel Fokine explique avoir choisi ce titre simplement pour sa connotation orientale et les souvenirs qu’il inspire à chacun. Ida Rubinstein (Zobéïde), Alexis Boulgakov (Shahryar) et Vaslav Nijinski (l’Esclave d’Or) s’illustrèrent dans les rôles principaux de cette pièce. Shéhérazade constitue un ballet essentiel du début du XXe siècle avec une conception chorégraphique révolutionnaire.

Livret

Le Sultan Shahryar s’ennuie dans son palais. Les danses sensuelles des odalisques ne réjouissent pas ses yeux tandis que l’indifférence de sa Favorite Zobéïde l’inquiète. Le tromperait-elle ? Suivant les conseils de son frère cadet Shahzeiman, le Sultan feint de partir à la chasse. A peine est-il parti que les femmes soudoient le grand eunuque afin qu’il ouvre les portes du harem aux esclaves noirs. Zobéïde tombe sous le charme du plus beau d’entre eux, l’Esclave d’or. La fête est interrompue par le retour inopiné de Sharyar. Fou de colère, il ordonne l’assassinat de tous les esclaves malgré les prières de Zobéïde. La Favorite refusant l’humiliation d’un tel châtiment décide de se poignarder au pieds de son époux.

-CHOPINIANA
Musique : Frédéric Chopin
Chorégraphie : Michel Fokine
Recréation chorégraphique : Andris Liepa, Artiste du peuple de la Fédértion de Russie
Décors : Anna Nejny d’après les esquisses d’Alexandre Bénois

Chopiniana est le nom originel du célèbre ballet Les Sylphides.

Au début du XX° siècle, Michel Fokine tombe sous le charme de quatre œuvres de Chopin. Il décide de les chorégraphier et en 1907 la première se tient au Mariinski de Saint-Pétersbourg sous le titre de Chopiniana. Anna Pavlova, Vera Fokina (épouse du chorégraphe) et Anatole Oboukhoff interprètent ce ballet en un acte. Deux ans plus tard, une seconde version est présentée à Paris sous le nom des Sylphides  dans le cadre de la première saison des « Ballets Russes » de Diaghilev. Les rôles principaux ont été formidablement portés par Tamara Krasavina, Anna Pavlova et Vaslav Nijinski

-DANSES POLOVTSIENNES
Musique : Alexandre Borodine
Chorégraphie : Michel Fokine
Recréation chorégraphique : Andris Liepa, Artiste du peuple de la Fédération de Russie
Décors : Anna Nejny d’après les esquisses de Nicolas Roerich

En 1890, Le Prince Igor, opéra d’Alexandre Borodine, est présenté pour la première fois au Théâtre Mariinski. Tirées du deuxième acte de l’opéra et chorégraphiées par Michel Fokine, Les Danses Polovtsiennes sont proposées au Théâtre du Châtelet à Paris en 1909. Première œuvre des ballets russes de Diaghilev programmée en France, elles connurent un grand succès et lancèrent la renommée des ballets russes.

Michel Fokine écrit sur cette création : « Comment j’ai inventé les pas pour ce spectacle ? C’est la musique qui m’a inspiré. Je voyais le dessin des danses très clairement, et même si les Polovetsiens dansaient autrement sous la musique de Borodine, ils devaient danser comme je le voyais… »

Livret

Après plusieurs pillages perpétrés par les Polovtsiens, le prince Igor part en campagne avec son fils Vladimir contre la tribu tartare menée par le khan Kontchak. Rapidement, il se fait capturer avec son fils. Ce dernier tombe fou d’amour pour Kontchakovna la fille du Khan qui lui accorde la main de sa fille. Kontchak propose une alliance à Igor : la liberté en échange de son engagement à ne jamais porter l’épée contre les Polovetsiens et organise pour le distraire de magnifiques danses polovtsiennes.  Les Danses Polovstiennes content ce soir de fête.  Les jeunes filles dansent et chantent leur chanson préférée qui compare la fleur qui a soif avec la fille qui attend son bien ainé. Chants mélodiques et danses pénétrées de lyrisme s’enchaînent dont le célèbre « Vole sur les ailes du vent ».

Mais le Prince Igor ne peut se résoudre à trahir sa patrie et avoue au khan qu’il rassemblera des régiments contre lui dès qu’il sera libre. Désespéré, Konchak comprend qu’Igor sera toujours son ennemi.

 

 

Dans le cadre deFestival de l'art russeEn savoir

Dans le cadre deL'été à CannesEn savoir

Quand ?

lun. 27 août 2018

Heure : 20h30

Où ?

Palais des festivals et des congrès - Grand auditorium
1 boulevard de la Croisette
06400 Cannes

Qui ?

Tout public

Tarif(s) ?

Carré d'Or : 50€
1ère série : Tarif Public 36€ / Tarif Réduit 33€ / -26 ans 30€ / -10 ans 15€
2ème série : Tarif Public 30€ / Tarif Réduit 27€ / -26 ans 15€ / -10 ans 10€

Réservation billetterie

Billetterie du Palais des Festivals et des Congrès
Tél : 04 92 98 62 77
Réserver

Renseignements

Coréalisation Palais des Festivals et des Congrès et Centre des Festivals de Films et des Programmes Internationaux
sortiracannes @ palaisdesfestivals.com
Tél : 04 92 99 84 22
www.palaisdesfestivals.com