Film "Opéra Rigoletto"Opéra d'été

Lieu : place de la Castre, Suquet

 

Rigoletto
Melodramma en trois actes (1851)
Musique : Giuseppe Verdi
Livret : Francesco Maria Piave
D'après Victor Hugo, Le Roi s'amuse
En langue italienne - Surtitrage en français

Mise en scène : Claus Guth
Décors : Christian Schmidt
Costumes : Christian Schmidt
Chorégraphie : Teresa Rotemberg
Lumières : Olaf Winter
Dramaturgie : Konrad Kuhn
Vidéo : Andi A. Müller
Direction musicale : Nicola Luisotti
Chef des Chœurs : José Luis Basso

Avec :
Il Duca di Mantova : Michael Fabiano
Rigoletto : Quinn Kelsey
Gilda : Olga Peretyatko
Sparafucile : Rafal Siwek
Maddalena : Vesselina Kasarova
Giovanna : Isabelle Druet
Il Conte di Monterone : Mikhail Kolelishvili
Marullo : Michal Partyka
Matteo Borsa : Christophe Berry
Il Conte di Ceprano : Tiago Matos
La Contessa : Andreea Soare
Paggio della Duchessa : Adriana Gonzalez
Usciere di corte : Florent Mbia

Orchestre et Chœurs de l’Opéra national de Paris


 
Synopsis :

« Oh ! Le Roi s’amuse est le plus grand sujet, et peut-être le plus grand drame des temps modernes. C’est une création digne de Shakespeare ! » Quelques mois avant d’adresser ces mots à Francesco Maria Piave pour le presser de « mettre Venise sens dessus dessous et faire en sorte que la Censure autorise ce sujet » – ce qui n’alla pas sans mal, la moralité ne tardant pas à s’en offusquer –, Verdi travaillait à une adaptation du Roi Lear. Et sans doute est-ce imprégné de la pièce de Shakespeare, son maître vénéré, qu’il lut le drame de Victor Hugo, sentant « comme un éclair, une inspiration » en trouvant sous la plume du Français, à laquelle il devait d’ailleurs le plus grand triomphe de ses « années de galère » avec Ernani, un équivalent au triangle formé par le Roi, sa fille et le fou.

Entre le duc, futile, licencieux, et Gilda, victime de l’ignorance dans laquelle elle est retenue prisonnière, se dresse la figure à deux visages du bouffon bossu et du père obsédé par la malédiction. Monstrueux et déchirant, grotesque et sublime, le rôle-titre atteint son apogée dans l’air « Cortigiani, vil razza dannata », dont le mouvement descendant, de l’explosion de rage à l’imploration, affirme la capacité du compositeur à plier une forme héritée du bel canto à la vérité du théâtre. Placée sous la direction de Nicola Luisotti, cette nouvelle production de Rigoletto marque la première collaboration du metteur en scène Claus Guth avec l’Opéra de Paris.

Événement en partenariat avec :

Dans le cadre deCiné quartierEn savoir

Dans le cadre deL'été à CannesEn savoir

Dans le cadre deSuquet des ArtsEn savoir

Quand ?

dim. 27 août 2017

Horaire : 21h
(Ouverture des portes à 20h)

Où ?

Musée de la Castre
Le Suquet
06400 Cannes

Qui ?

Tout public

Tarif(s) ?

Entrée libre
(dans la limite des places disponibles)

Renseignements

Service Événementiel, fêtes et animations - Mairie de Cannes
Tél : 04 97 06 48 00