Finances« La performance, c’est d’être économique pour le contribuable, et qualitatif pour l’usager »

 

Vous avez, depuis 2014, baissé la dette de la ville de 33,7 millions d’euros sans augmenter les taux d’impôts communaux grâce notamment à une politique active de réduction des dépenses municipales. Dans le contexte économique actuel, peut-on encore réaliser des économies sans affecter l’investissement et la qualité du service public ?

David Lisnard :

Là aussi c’est un combat permanent. Nous trouverons toujours des pistes d’économie en continuant à gérer la ville avec une rigueur bénéfique pour protéger les Cannois. Il n’y a pas de système parfait : il faut lutter sans cesse contre les doublons et les gaspillages. Nous avons fait beaucoup d’efforts en la matière.

Depuis 2014, nous avons réussi à baisser de 24 millions d’euros les dépenses courantes de la Mairie de Cannes. Le nombre de véhicules de fonction a été diminué de 30 %, ce qui a généré une économie de carburant et de maintenance de 300 000 euros. Et les exemples sont nombreux. Tous les élus de la majorité se sont impliqués pour faire des économies, mais aussi les chefs de services, les agents de la ville, qui sont aujourd’hui moins nombreux qu’il y a deux ans puisque nous avons réduit la masse salariale de la Mairie, ce qui nous permet d’économiser 2,5 M€ par an.

Ces bons résultats sont le fruit d’un travail collectif et d’un management qui se veut de plus en plus participatif. Nous nous inspirons des techniques du privé. Une mairie, c’est une communauté de femmes et d’hommes au service d’objectifs d’intérêt général. Mais c’est finalement semblable à une entreprise : vous devez optimiser des ressources. La différence réside dans le fait que l’on ne distribue pas des dividendes, on distribue de l’intérêt général.

La gestion doit être la même, nous devons être efficaces et cela passe par des gains de productivité. Nous pourrons toujours progresser en la matière. Grâce aux nouvelles technologies,
à une nouvelle organisation du travail, qui induit par exemple du bien-être et donc une baisse du taux d’absentéisme.

Nous avons mis en place une véritable démarche de contrôle déontologique de la gestion municipale. Je crois que nous trouverons encore des marges de manœuvre. Il est certain que nous avons obtenu des résultats très rapides, nous ne pourrons pas toujours aller aussi vite mais nous devons en permanence être dans la recherche d’optimisation. La performance, c’est d’être économique pour le contribuable, et qualitatif pour l’usager. Il n’y a pas eu de dégradation du service à la Mairie de Cannes alors que nous n’avons pas touché aux taux d’impôts, que nous avons réduit la dette de près de 34 millions d’euros et que nous avons réduit les dépenses. Au contraire, il y a même des services qui se sont améliorés. Et c’est loin d’être fini, nous ne sommes qu’au début du process.

Aujourd’hui, je souhaite poursuivre le désendettement de la ville, toujours sans toucher aux taux d’impôts car je crois que l’une des priorités de la politique publique doit être de défendre les classes moyennes. Les classes moyennes, ce sont ceux qui sont trop riches pour être aidés socialement et trop pauvres pour avoir un compte à panama. C’est donc la majorité d’entre nous. Ce sont les classes moyennes qui assument aujourd’hui l’essentiel de l’effort : il faut les oxygéner. Il faut donc trouver des ressources ailleurs que par l’impôt.

L’essentiel provient d’abord de la baisse des dépenses que j’ai évoquée, qui nous a permis d’augmenter la capacité d’autofinancement de la Ville, malgré les ponctions scandaleuses de l’état dans notre budget.

Ensuite, trouver des recettes en préservant les contribuables. Parmi ces opérations, il y a des
recherches de financements extérieurs. Nous travaillons de façon extrêmement méthodique pour obtenir des financements européens, régionaux, départementaux, et ça commence à porter ses fruits. Et puis il y a le recours aux fonds privés. Grâce au fonds de dotation que nous avons créé en février dernier, nous pouvons avoir recours au mécénat privé pour financer des projets d’intérêt général. Sans oublier l’appel aux dons #HelpCannes au profit des sinistrés et de la réparation de la ville à la suite des intempéries d’octobre dernier.

Quelques chiffres :

Résultat d'une politique de réduction des dépenses engagée depuis le début du mandat :

  • 24 millions d’euros ont été économisés depuis 2014 par la diminution des dépenses courantes.
  • La baisse de la dette, engagée depuis le début du mandat en 2014, atteint un record historique : en deux ans (1er janvier 2014 au 31 décembre 2016) la Mairie de Cannes aura ainsi réduit son encours de 33,7 millions d’euros. Sans aucun emprunt toxique.

À consulter :