Environnement« Nous allons sanctuariser les îles de Lérins, le haut de la Croix-des- Gardes, la basse vallée de la Siagne, certains secteurs de la Californie, mais aussi le Moure rouge, la pointe Croisette, le Suquet »


La basse vallée de la Siagne : des aménagements pour les familles dans le respect total du site.


Peut-on considérer les espaces naturels cannois comme sanctuarisés ?

David Lisnard :

Oui. C’est l’objet de la révision du PLU (Plan local d’urbanisme) actuellement en cours, et j’ai récemment refusé beaucoup de permis de construire en anticipation de ce futur PLU.

Nous allons ainsi totalement sanctuariser les 75 hectares de la basse vallée de la Siagne, qui avait été victime d’un manque de vision alors qu’elle constitue un trésor. La rénover, c’est réinventer une identité positive, c’est réunir l’écologie et l’économie. Le secteur a pu conserver son caractère naturel et sa vocation agricole grâce aux aménagements naturels que nous avons réalisés : la création d’une cinquantaine de jardins familiaux, l’installation de quatre agriculteurs, l’implantation d’un Camp trappeur nature pour les enfants, la réalisation de chemins piétonniers…

Cette révision du PLU sanctuarise également les îles de Lérins, le haut de la Croix-des-Gardes, certains secteurs de la Californie… Et puis, au-delà des espaces naturels, des lieux emblématiques de la ville comme le secteur du Moure rouge ou la Pointe Croisette qui va être mieux protégée. Sans oublier le Suquet, cœur historique de Cannes, qui sera totalement sanctuarisé.

L’urbanisme est vraiment l’élément fondamental de toute politique municipale. Et dans notre gestion, même si nous devons pratiquer une grande rigueur financière, le seul élément qui s’impose peut-être aux finances est l’urbanisme, dont les conséquences se répercutent à l’échelle séculaire. Donc nous devons absolument arriver à créer des logements ou des équipements tout en oxygénant la ville et en protégeant ce qui doit être protégé. Il y a eu beaucoup de bétonisation au XIXe siècle, puis après la seconde guerre mondiale… Maintenant, nous devons montrer que le développement ce n’est pas ajouter du béton, c’est autre chose.

 

À consulter :