Jessica Mikowski

Période de confinement

Débris de texto jamais envoyés, par tentative de temporisation de mes émotions destructrices, mais au final totalement humaines.

En voici quelques extraits :

Même si toi et moi on sait que ce n’est pas l’affaire du siècle, un peu de douceur en ces temps si arides serait réconfortant.

Sans équivoque la poule aux œufs d’or est (re)trouvée. En tout cas en cette fête de tes valeurs chrétiennes, j’en profite malgré tout pour te souhaiter "joyeuses pâques".

"La poule aux œufs d’or" me susurre mon cerveau reptilien… trouvée ? En cette phase isolée ? Mais non Jess "REtrouvée" s’excitent mes pensées. Joyeuses pâques.

Puis, je craque 27e jour, il est 20 heures passées. 84e repas à bouffer face à moi-même et à ce JT si médiocre.
Je te téléphone, après quelques sonneries retentissantes, répondeur.
Ce n'est pas grave, je respire.
Non ! Mes pensées ne vont pas venir me fatiguées…

Attendre un appel de son ex en total disruption avec son ex copine - en l'occurrence moi, je le précise car ici ma légitimité semble contestée - depuis le début du confinement, équivaut à l'attente d'un fœtus jusqu'à sa maturité humaine : soit 9 mois !!!

Puis, un appel manqué…

"Mince, me dis-je, suis sous la douche… c'est certain c'est lui qui me rappelle…"

Soulagement, je ne suis pas rien, je suis encore existante et mon ex a de l'attention pour moi.

Je sors de la douche, victorieuse d'avoir cet appel en absence et de ne pas avoir sauté sur mon téléphone, j'ai pris le temps.

Je prends mon meilleur ami, le téléphone portable - objet fabuleux, qui a cette tendance de nous couper de toute interaction humaine et aujourd'hui une composante VITALE de connexion de tout et surtout de RIEN !

Bref, l'appel en absence n'est que ce fu*** appel quotidien d'amis pour l'apéro time !!

"Mais OMG ! Sérieux, vous savez ce que je lui dis moi à cet apéro terriblement triste", qui consiste à faire genre de rien c'est trop cool, on peut se voir et prendre des verres ensemble mais en restant chez nous respectivement !!! "That's suck" désolée mais moi ça me fout le bourdon !

Enfin seulement 30 minutes plus tard (= 3h30 ressenti en confinement) je loupe l'appel à la dernière sonnerie enfin peut-être il n'y a eu qu'une seule sonnerie genre :

Lui "ok j'ai rappelé".

Face à ce coup de fil loupé je sens bien tout ce poids de la journée à attendre son pu… de message pour me souhaiter une "Joyeuses Pâques" alors que je m'en tape royalement. Cela aurait été une excuse, une preuve vivante d'un "nous"…

Je réalise que cela ne sert à rien. Je comparerai ça, sans aucune expérience rassurez-vous - je suis une femme de haut en bas ou de bas en haut - à "la petite mort" post baise du mec qui a eu son orgasme !

Alors au lieu d'en arrêter là, de rester sur ce ressenti "du flop" :

"Non je vais lui répondre, mais pas l'appeler. Je n’ai pas envie du tout d'entendre sa voix comme lui la mienne, je le sens !"

Alors j'écris, je "draft" sur cette application iPhone que l'on appelle "notes".

Passe une petite heure à essayer d'être calme et pas piquante dans mes écrits pour ne pas provoquer encore plus de rejet.

En voici la teneur, celui-ci fut envoyé :

Juste savoir comment ça va. Le confinement appuie un peu sur l'inertie… Une "Joyeuse Pâques" peut-être smiley bonhomme enfin "bonne femme" les mains de chaque côté paumes vers le ciel.

Sans intérêt et à 10 000 lieux de ce qui se passe dans mes viscères !

TAIN DAM - mot inventé pour faire le son magique du lapin qui sort du chapeau - sa réponse ou nan plutôt sa B.A, non non pas de médisance…

Deux points ouvrez les guillemets :

"Oui je suis d'accord avec toi… j'ai fait le ménage toute la journée pour Pâques… J'espère que va va toi aussi".
Oui, il y deux fois va mais je veux être très précise dans l'écriture manifeste de son texto !

Bim Bam Ba Da Boum gifle aller/retour, j'en ai gros sur la patate ! Pourquoi ? La réalité indiscutable de sa réponse, son empathie et sa nostalgie. Tout est là dans ce message si merdique, si niais, si poli, mais si radical…

J'accuse le coup "as usual" habituée, abonnée à ces échanges post rupture ou le néant et moi faisons plus qu'un dans ce marasme du rien. J'ai envie de lui répondre spontanément mon dégoût, ma rancœur.

Genre :

"Que c’est poli, froid, distant et radical et tellement évident"
Puis non j'en fais un autre plus expressif plus à vif…

"En discussion ac un tinder guy je te réponds un peu tardivement… tu es sur quelles applis toi ? En tt cas avec toi euh Jérôme, euh mon ex, euh mr, enfin vous…"

Distanciation sociale respectée à 100 %
Indifférence respectée 100 %
Politesse respectée 100 %
Humanité 4 %

J’espère que tu as (re)trouvé la poule aux œufs d’or dans cette expérience ou l’égo et la retenue n'ont plus de frontière.

Bien évidement je ne me suis pas fait ce plaisir éphémère, pouvant avoir un jugement pas très agréable sur ma santé mentale.

Télécharger l'extrait (mp3)