Isabelle Pollet Valeron

Covid… Un gouffre, un vide

Les oiseaux chantent le printemps
Triste sont les cœurs,
S’éveille le beau temps
Et surgissent tous ces yeux qui pleurent :

Où donc est passé le blanc muguet ?
De la rue résonne le silence,
En ce jour qui donc est gai ?
Nous cherchons tous un brin de chance.

S’enfuit le parfum du bonheur
Derrière un masque de souffrance,
En ce mois, en ces heures,
Souffre le monde, saigne la France.

Le combat fait rage
Pour ceux qui se lèvent tôt,
Nous saluons leur courage
À ces soldats des hôpitaux.

Que refleurisse l’espoir
L’amitié, la convivialité et les rires,
Pour chasser le spectre noir
Et anéantir le nuage du pire.