Prévention de la radicalisationDispositif complet mis en œuvre par la Mairie de Cannes

1. Cellule Municipale d’Echanges sur la Radicalisation (CMER)

L’objectif de la CMER est de faciliter la détection des « signaux faibles » de radicalisation en :

  • complétant le dispositif départemental de détection et de signalement ;
  • facilitant le repérage des situations grâce aux capteurs de terrain ;
  • organisant l’échange des informations entre les services de l’État, la commune et les capteurs de terrain (agents municipaux identifiés, représentants d’associations, agents de bailleurs sociaux et de sociétés de transports).

À ce jour, 3 réunions de la CMER ont été tenues.

 

2. Formation des agents municipaux

1 000 agents municipaux sont formés à l’identification des signaux faibles.

En complément, 89 agents municipaux « capteurs de terrain » sont formés pour la détection des signaux faibles de radicalisation dans le cadre de la CMER et 121 encadrants et agents de terrain des directions Petite Enfance et Éducation sur le thème « laïcité et relation socio-éducative ».

 

3. Information à l’égard des dirigeants des clubs sportifs

Les associations et animateurs sportifs sont en première ligne du repérage des risques de basculement dans la radicalisation.

C’est pourquoi, la Mairie de Cannes a organisé une séance d’information et de sensibilisation auprès de près de 80 personnes issues de ce public, animée par l’équipe des professionnels d’Unismed, organisme agréé par la Préfecture.

À l’issue de cette rencontre, une fiche de signalisation, à retourner à la CMER en cas de risque identifié, a été transmise à l’ensemble des participants.

Par ailleurs, les règlements intérieurs de l’ensemble des équipements sportifs municipaux prévoient un article relatif au respect de la laïcité et un article complémentaire a été ajouté dans le règlement intérieur de la piscine Montfleury pour interdire le port du burkini.

 

4. Audit des lieux sensibles de la commune mené par des experts internationaux (notamment israéliens)

Sites audités : crèches, écoles, établissements d’enseignement, bâtiments municipaux (Hôtel de Ville, Centre de Protection Urbaine, servie informatique), Hôpital de Cannes Simone Veil, Palais des festivals et des congrès, hôtels 5* de la Croisette, gare SNCF, ports communaux (Vieux-Port et Port Canto).

Les audits ont été centrés sur les points suivants :

  • identification et analyse des points de vulnérabilité ;
  • définition des pistes d’améliorations et de la méthodologie à mettre en œuvre ;
  • approche de préparation à la gestion des situations de crise ainsi que d’attaques terroristes ;
  • formulation de recommandations spécifiques afin d’améliorer la sécurité et la sûreté des citoyens et visiteurs de Cannes avant, pendant et après un évènement dangereux.

 

5. Premier Plan Communal de Prévention  du Risque Terroriste (PCPRT)

La compétence « Prévention des risques » a été créée avec une élue référente, Claire-Anne Reix, assistée d’un autre conseiller municipal, Jean-Yves Milcendeau, tous deux spécialistes de ces questions de par leur profession, et d’un responsable administratif, Thomas Onzon, Directeur Général des Services Techniques, polytechnicien.

Ce PCRPT comprend une dimension policière mais aussi culturelle et idéologique et se traduit par le déploiement de moyens matériels, humains et logistiques ainsi qu’un volet consacré à la formation et à la sensibilisation du phénomène de radicalisation.

Ce PCRPT dispose d’un budget pluriannuel d’investissement de 7,5 millions d’euros (dont 500 K€ sur le budget annexe des Ports communaux).

 

6. Un exercice de réponse à une attaque terroriste grandeur nature sur deux sites de manière concomitante effectuée avec le RAID et la BRI

Les deux sites : le Palais des festivals et des congrès sur la Croisette et la Faculté des métiers à Cannes La Bocca.

174 employés municipaux et employés de la SEMEC se sont portés volontaires pour jouer le rôle de figurants dans ces exercices, auxquels s’ajoutent 25 élèves majeurs de la Faculté des métiers jouant le rôle des victimes et des familles sur ce site.

 

7. Sécurisation de l’accès aux espaces publics et aux sites sensibles :

  • Un contrôle d’accès à l’entrée principale l’Hôtel de Ville est systématiquement effectué par un policier municipal, doublé d’un filtrage par les hôtesses d’accueil qui contrôlent l’accès aux deux entrées intérieures menant aux étages ;
  • 280 boutons d’alarme sont disponibles dans toutes les crèches et écoles, reliés au Centre de Protection Urbain ;
  • Des sirènes sont installées dans les écoles et les crèches ;
  • Chaque mois, dans les crèches cannoises, des exercices sont réalisés par la Police municipale pour former le personnel à l’utilisation du bouton alarme et aux exercices d’évacuation ;
  • Rehausse dans les sites scolaires des clôtures à 2,5 mètres de haut, occultation des cours d’écoles et des classes pour empêcher les repérages extérieurs, la protection des accès par  des plots rétractables anti-intrusion de véhicules ;
  • Installation de 350 jardinières d’1,5 tonne sur la Croisette pendant le Festival de Cannes ;
  • Demande formulée aux opérateurs privés qui gèrent les différentes manifestations cannoises (Festival de Cannes, Cannes Lions) d’augmenter sensiblement l’enveloppe consacrée au budget sécurité des événements (pendant le Festival de Cannes, près de 600 agents de sécurité quadrillent l’évènement) ;
  • Sécurisation des sites sensibles comme le  Palais des festivals et des congrès, qui a été intégré dans la zone de sureté portuaire et est à ce titre soumis au plan de sureté portuaire (trois niveaux d’alertes distincts avec mise en place de mesures adaptées) ;
  • Présence systématique des policiers municipaux aux heures d’entrée et de sortie des classes instaurée ;
  • Dispositif « Citoyens Vigilants », en appui des forces de police, qui mobilise près de 550 bénévoles pour la surveillance des écoles et des quartiers ;
  • Dispositif permettant la fermeture des ports en cas de tentative d’intrusion d’une embarcation menaçante ;
  • Dispositifs matériels pour sécuriser l’espace public, dont des herses de 170 mètres.


8. Moyens humains et matériels alloués à la Police Municipale

  • 200 policiers municipaux, 50 agents de Surveillance de la Voie Publique ;
  • Les policiers municipaux sont désormais équipés de gilets pare-balles de classe 4 et de pistolets automatiques 9 millimètres (182 pistolets achetés) ;
  • 639 caméras de vidéo-surveillance à ce jour, soit un ratio de 120 caméras pour 1 000 habitants ;
  • 12 auxiliaires canins formés à la détection d’armes et d’explosifs dans la brigade cynophile ;
  • Plan de formation du RAID dans le cadre de la lutte contre le terrorisme pour 30 policiers municipaux.