Les déchets dangereuxCette catégorie concerne les déchets ne pouvant être ramassés par le système habituel de collecte pour des raisons de poids, de volume, de nature ou de production épisodique.

Ces derniers sont en partie fabriqués à partir de ressources naturelles, extraites des richesses de la terre et qui s’épuiseront un jour. Afin d'économiser ces matières premières, d'éviter de polluer notre environnement par des dépôts sauvages et de diminuer le volume de nos déchets mis en décharge, il est important de les recycler.

Pour cela, déposez-les dans l'une des huit déchèteries (Cannes, Pégomas, Auribeau sur Siagne, Mouans-Sartoux, Peymeinade, Grasse, Saint-Cézaire sur Siagne et Saint-Vallier de Thiey) où ils seront séparés et feront l'objet d'une valorisation.

Quels sont les déchets dangereux ?

Liste des questions :

  1. Les ampoules et néons ?
  2. Les piles et accumulateurs ?
  3. Les déchets d'équipements électriques et électroniques (DEEE) ?
  4. Les batteries ?
  5. Les peintures, les colles et les vernis ?
  6. Les cartouches d'encre ?
  7. Les bouteilles de gaz et extincteurs ?
  8. Les huiles de vidange ?
  9. Les huiles de friture ?
  10. Les bidons souillés ?
  11. Les solvants ?
  12. Les pesticides ?
  13. Les déchets d'activités de soins à risques infectieux (DASRI) ?
  14. Les radiographies ?
  1. 1. Les ampoules et néons ?

    Les ampoules usagées font partie des déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE). Au même titre que les piles, des bornes de récupérations sont à la disposition des habitants dans les grandes surfaces ainsi que dans une déchèterie.

    Dans les filières de valorisation, les lampes sont broyées puis tamisées en vue d'une séparation de la fraction ferreuse de la fraction de verre et de la poudre fluorescente contenant du mercure. Une fois purifiés, le verre et le métal exempt de mercure sont tous deux réutilisés l'un pour la fabrication du verre de nouvelles lampes ou de céramique, l'autre pour la production de pièces métalliques.

    De son côté, le mercure va subir une distillation pour ensuite être réutilisé dans l'industrie.

    Où déposer les lampes usagées ?

    Retour aux questions

  2. 2. Les piles et accumulateurs ?

    Considérées comme des déchets dangereux, car polluants et néfastes pour notre environnement, elles appartiennent à la famille des déchets dangereux ménagers (DDM). Les piles doivent donc être déposées dans des bornes de collecte spécifiques placées dans les points municipaux, les établissements scolaires, les grandes surfaces ou dans les déchèteries afin d'être recyclées.

    Une fois collectées, les piles sont triées afin de séparer les piles salines et alcalines. Les autres modèles (piles boutons) sont dirigées vers des installations spécialisées.

    Les piles sont broyées puis tamisé pour séparer les poudres de charbon, de zinc, de manganèse, de potassium, et de mercure. Sont ensuite extraits la partie métallique revendue à l’industrie métallurgique pour la confection de carrosseries, le papier, le plastique, le cuivre et le zinc.

    Purifiés et neutralisés, le mercure sera réutilisé dans l'industrie chimique, le nickel et le cobalt intègreront le procesus de fabrication de nouvelles piles, le plom et le cadmium permettront la production de nouvelles batteries et accumulateurs, le zinc deviendra des gouttières et le ferromanganèse des peintures anti-rouille.

    Où déposer les piles ?

    Retour aux questions

  3. 3. Les déchets d'équipements électriques et électroniques (DEEE) ?

    Cette vaste catégorie regroupe l'ensemble des équipements fonctionnant avec une prise électrique, une pile ou un accumulateur.

    Il s'agit concrètement de l'électroménager, des écrans TV et ordinateurs, des petits appareils et du matériel d'éclairage.

Ces déchets contiennent souvent des substances dangereuses et doivent subir un traitement adapté. Déposés en déchèterie, ils sont ensuite triés et dirigés vers des filières adaptées où ils sont démantelés, broyés et font l'objet d'une valorisation matière ou énergétique.

Sont ainsi extraits et recyclés grâce à ce processus, des matériaux tels que du plastique, des métaux, du caoutchouc et du verre.

    Où déposer les DEEE ?

    Retour aux questions

  4. 4. Les batteries ?

    Considérées comme des déchets dangereux, car polluants et néfastes pour notre environnement, elles appartiennent à la famille des déchets dangereux ménagers (DDM). Les batteries doivent donc être déposées dans l'une des huit déchèteries en vue d'être recyclées.

    Après avoir intégré la filière de valorisation, les batteries entament un processus de traitement long et complexe permettant la récupération des composants toxiques. Tout d'abord, l'oxyde et le sulfate de plomb récupérés sont traîtés en fonderie permettant la réutilisation industrielle du plomb. Les grilles et les pôles en plomb intégreront également une fonderie offrant à la vente un métal pur à 90%.

    Est ensuite extrait du polypropylène vendu en l'état ou pouvant être amélioré sous la forme de granules de grande qualité. Du sulfate de sodium est enfin récupéré et qui sera revendu aux fabricants de détergents ainsi qu'aux verreries.

    Où déposer les batteries ?

    Retour aux questions

  5. 5. Les peintures, les colles et les vernis ?

    Les peintures, la colle et le vernis comprennent de nombreux éléments polluants : chlore, métaux lourds, éléments à demande chimique en oxygène élevée.

    Ce type de déchets est le plus souvent incinéré dans des installations spécifiques avec récupération d’énergie.

    Les boues de peinture peuvent également être utilisées en préparation de combustible de substitution pour les cimenteries.

    Où déposer les peintures ?

    Retour aux questions

  6. 6. Les cartouches d'encre ?

    Composées de dérivés de pétrole et de métaux, les cartouches d'encre sont considérées comme déchets dangereux ménagers.

    Afin de leur donner une seconde vie et d'éviter de polluer l'environnement, elles sont récupérées en déchèteries.

    Où déposer les cartouches d'encre ?

    Retour aux questions

  7. 7. Les bouteilles de gaz et extincteurs ?

    Corps sous pression gazeux, liquide ou solide, ces déchets doivent être retraité de manière à ne pas engendrer de pollution pour l’environnement et en préservant la couche d’ozone. Collectées en déchèterie, les bouteilles sont transférées dans une filière de valorisation qui opère en premier lieu, un démontage des têtes pour détoxication du contenant.

    Après l'introduction d'azote ou de liquide aqueux afin de saturer le corps, les bouteilles sont passées sous presse puis envoyées en aciérie pour être de nouveau fondues et réemployées pour la confection de nouvelles bouteilles de gaz.

    Les extincteurs sont traités de manière identique avec traitement spécifique des caoutchoucs, plastiques, eaux additives et poudres d’extinction.

    Où déposer les bouteilles de gaz ?

    Retour aux questions

  8. 8. Les huiles de vidange ?

    Composés de nombreux éléments toxiques pour la santé et pour l’environnement (métaux lourds, acides organiques, phénols, phtalates, composés aromatiques) les huiles sont peu biodégradables et leur rejet dans la nature est donc très nuisible et interdit.

    La déchèterie dispose de conteneurs spécifiques pour ces huiles ainsi que pour leurs récipients. Elles sont ensuite destinées à des entreprises spécialisées et agréées qui les transformeront en huile de base entrant dans la composition de nouveaux lubrifiants.

    Où déposer les huiles de vidange ?

    Retour aux questions

  9. 9. Les huiles de friture ?

    En se figeant au contact de l’eau, le dépôt des huiles de friture dans le réseau des eaux usées bouche les canalisations et diminuent la capacité de traitement des stations d'épuration. Elles doivent donc faire l’objet d’un traitement spécifique et adapté.

    Pour cela, des conteneurs spécifiques ont été disposés en déchèterie afin de les collecter puis de les recycler. Les entreprises agréées qui les réceptionnent les mélangent ensuite à du gasoil traditionnel afin de produire du biodiesel.

    Il est également possible de les intégrer dans le processus de fabrication de produits tels que le bois aggloméré, le plastique, le savon industriel et le lubrifiant.

    Où déposer les huiles de friture ?

    Retour aux questions

  10. 10. Les bidons souillés ?

    Utilisés pour le conditionnement de produits dangereux, le devenir des emballages souillés est soumis à la même réglementation que le produit contenu. Collectés majoritairement dans l'ensemble du gisement, les emballages rigides de grande capacité (fûts, conteneurs, citernes) sont nettoyés à haute pression avec emploi, si nécessaire, de dissolvants, puis rénovés.

    Les emballages qui ne peuvent pas être rénovés sont traités en fonction des produits résiduels contenus. Selon les cas, ils sont décontaminés, puis valorisés sous forme de métal (ferraille) ou détruits par incinération en centre spécialisé.

    Où déposer les bidons souillés ?

    Retour aux questions

  11. 11. Les solvants ?

    Cette catégorie comprend les solvants halogénés qui sont principalement des produits chlorés et les solvants non halogénés type acétone, white spirit, éthers ou alcool.

    Tous ces produits sont identifiés comme ayant un caractère dangereux et présentent des propriétés d’inflammabilité, d'explosivité, de toxicité pour l’homme et pour l’environnement. Pour être valorisés, les solvants doivent être soit régénérés ou incinérés.

    La régénération permet d’extraire les impuretés de la solution puis de séparer entre eux les différents types de solvants. Cette opération génère des solvants réutilisables dans un processus industriel identique, et des déchets non régénérables, qui devront être détruits par incinération avec les boues et les culots de distillation dans des centres de traitement spécialisés.

    Où déposer les solvants ?

    Retour aux questions

  12. 12. Les pesticides ?

    Les produits phytosanitaires (ou pesticides) utilisés pour le jardin sont certes très utiles et efficaces pour protéger plantes et cultures, mais la plupart reste très nocifs pour la santé et l’environnement (insecticides, herbicides, fongicides, désherbants, anti-nuisibles, acaricides,..). Autant de produits chimiques dont l'utilisation et le stockage génèrent des déchets classés comme dangereux.

    Il est donc impératif de veiller à ce que les contenants de ces produits soient hermétiques afin d'éviter les écoulements, puis de les apporter au sein d'une des déchèteries. Les produits phytosanitaires ne sont ni recyclés ni régénérés. Ils sont stockés dans des armoires spécifiques puis transférées vers des usines spécialisées pour incinération.

    Où déposer les pesticides ?

    Retour aux questions

  13. 13. Les déchets d'activités de soins à risques infectieux (DASRI) ?

    Les DASRI sont des déchets produits par une activité de soins, individuelle (patients) ou collective (professionnels et établissements de santé) qui présentent un risque infectieux et de contamination pour l’homme et l’environnement. Ils nécessitent de ce fait un traitement particulier.

    Les DASRI concernent tous les patients en auto-traitement qui utilisent et jettent du matériel médical.
    Dans le cas d’un professionnel de santé, (médecin, infirmièr(e) libéral(e)), c’est ce dernier et non le patient qui est considéré comme le producteur du DASRI ; c’est donc à lui qu’incombe la responsabilité de l’élimination de ce déchet.

    Les DASRI sont des déchets dangereux, collectés, ils seront entreposés, conditionnés, marqués, étiquetés et transportés vers des filières d’élimination où ils seront pré-traités ou incinérés.

    Où déposer les DASRI ?

    Retour aux questions

  14. 14. Les radiographies ?

    Celles-ci sont principalement constituées de nitrate d’argent et polluent les nappes phréatiques. Il est donc formellement interdit de s'en débarrasser dans la poubelle de déchets ménagers.

    Envoyées dans une filière spécifique, les radiographies sont traitées par électrolyse (réaction chimique grâce à une stimulation électrique), ce qui permet d'en extraire l'argent. Cet argent est ensuite purifié par des entreprises spécialisée pour retourner dans le circuit du métal précieux. Les supports (feuilles des clichés) en plastique (PET) sont recyclés en tubes, tuyaux, peluches, fibres textiles, vêtements en polaire.

    Où déposer les radiographies ?

    Retour aux questions