La Mairie de Cannes face à la crise sanitaire du Covid-19 : point sur les actionsAnticipation, mobilisation, action et évaluation. Tels sont les principes suivis par David Lisnard, maire de Cannes et son équipe, pour tenter de juguler les conséquences sanitaires, sociales et économiques du Covid-19.

Face à cette pandémie mondiale et à la propagation du virus, la Mairie de Cannes a déployé toutes ses ressources et compétences pour garantir la sécurité sanitaire et ainsi assurer les missions essentielles de protection de la population, d’accompagnement social, et de soutien économique et de l’emploi.

Dès les premières contaminations européennes, le Maire de Cannes a activé le 23 février 2020, une cellule municipale de crise afin d’anticiper la situation sanitaire à Cannes. David Lisnard a suivi avec la plus grande attention l’évolution de l’épidémie à l’échelle locale, nationale et internationale. Il a ainsi pu adapter son action aux différentes vagues de l’épidémie et orchestrer les ressources, le savoir-faire et la réactivité des équipes municipales.

L’action engagée a ainsi visé à :

Distribuer des matériels de protection pour combler les carences de l’État

  • 44 218 matériels d’hygiène et de protection destinés aux personnels médical et soignant de l’Hôpital Simone Veil de Cannes (flacons de gel hydroalcooliques, masques FFP2 et chirurgicaux, visières, charlottes, surblouses, surchaussures, tabliers, thermomètres) ;
  • 447 442 masques de protection fournis au centre hospitalier, médecins de la ville, infirmiers libéraux, agents publics y compris de l’Etat (Police nationale et Douanes), commerçants et leurs employés, population par la Mairie de Cannes depuis le 28 février quand l’Etat continuait au mois de mars de détruire des millions de masques (Source : Le Monde du 8 mai) ;
  • 280 000 masques produits par la Manufacture de Masques en Réseau Cannois Individuels (MMERCI) grâce à la mobilisation de 40 couturiers et couturières volontaires et rémunérés dans le cadre du soutien aux artisans locaux.

Assurer la sécurité et le respect des mesures de confinement et de couvre-feu

Durant la période de confinement pour éviter la propagation du Covid-19 au sein de la population, la Police municipale de Cannes a été mobilisée jour et nuit par le maire, David Lisnard, pour contrôler les attestations dérogatoires de déplacement et veiller au respect de l’application du couvre-feu.

Ces actions quotidiennes de contrôle des déplacements étaient indispensables pour faire respecter les mesures de confinement de la population et réussir le déconfinement progressif décidé par le Gouvernement à partir du lundi 11 mai.

Depuis le 19 mars, 5 149 PV d’un montant de 135 € pour non-respect des règles de confinement ont été dressés par la Police municipale pour 40 900 personnes contrôlées. 1 208 points de contrôles fixes ont été mis en place dans toute la ville (les principaux : place Vauban, République, rondpoint Maubert, Croisette, Carnot, République, Riou, Picaud, Bd du Midi, Tonner, Jourdan, Frayère, Ranguin, Croix-des-Gardes, Californie, Gallieni, Jaurès, Alexandre 3, Vallombrosa, Petit Juas) sans compter les patrouilles volantes dans tous les quartiers.

Pour rappel, le produit total de ces 5 149 PV, soit un montant total de 655 000 €, revient en intégralité dans les caisses de l’État alors que la charge de leur mise en œuvre est subie par la municipalité.

Désinfecter les espaces, les bâtiments et écoles publics

Si le virus se transmet essentiellement par les voies respiratoires ou par le touché, il se fixe aussi sur l’espace urbain et peut avoir une durée de vie jusqu’à 9 jours selon les surfaces comme l’ont démontré de nombreuses études ainsi que le Haut Conseil de Santé Publique dans son avis publié le 4 avril 2020.

Pour éviter une telle propagation, la Mairie de Cannes a désinfecté ses espaces publics, à l’instar de plusieurs pays, notamment en Asie. La désinfection des rues (enrobé, trottoirs, rampes, poignées, bancs) s’est faite quotidiennement, de manière méthodique et sécurisée à partir du 25 mars. De même, une semaine avant la fin du confinement, une désinfection générale de toutes les rues ainsi que des bâtiments et écoles publics a été réalisée conjointement avec des experts scientifiques et environnementaux. Ceci, afin de permettre aux Cannois de disposer de conditions d’hygiène et de sécurité sanitaire optimales avant de retrouver le chemin du travail et des écoles en sérénité et de relancer l’activité économique.

Optimiser les soins par un partenariat unique public / privé

Dès la mi-mars, certaines activités de soins de l'Hôpital de Cannes, pleinement mobilisé pour lutter contre le coronavirus Covid-19 (classé 2A), ont été transférées à la clinique Oxford. En tant que Président du Conseil de Surveillance de l’Hôpital, le maire de Cannes, David Lisnard, a opéré un rapprochement pragmatique public-privé et stimulé cette coopération solidaire pour que les Cannois puissent continuer de bénéficier d'un accompagnement de proximité pour les autres pathologies à traiter. Très concrètement, ce partenariat inédit dans le domaine de la santé a garanti l’optimisation des soins, la libération d’espaces et une meilleure organisation du travail des praticiens au sein du Centre Hospitalier Simone Veil de Cannes.

Organiser la garde des enfants des personnels mobilisés

Afin de soulager les personnels mobilisés par les services essentiels durant le confinement (soignants, médico-social, policiers, gendarmes, pompiers, aides-soignants, caissiers et caissières), la Mairie de Cannes a ouvert un accueil sécurisé 7 jours sur 7, week-end pascal de trois jours et vacances scolaires compris. Ce service a été mis en place dès le premier jour de fermeture des écoles, dans les crèches et écoles de la commune et dans le respect des consignes sanitaires. Au total, 1 772 accueils ont été assurés pendant le confinement dans les quatre écoles ouvertes : Jacqueline de Romilly, Mûriers, Marcel Pagnol et Miniconi, et une moyenne de 9 enfants par jour dans les crèches municipales.

Accompagner les personnes les plus fragiles ou isolées

La priorité sociale a été donnée aux séniors, aux personnes seules et aux SDF, afin de les sécuriser, de leur garantir le service public habituel et d’éviter qu’ils soient contaminés et propagent à leur tour le virus, avec notamment :

  • l’ouverture d’un centre d’accueil des SDF dès le 20 mars au Palais des Festivals et des Congrès avec une capacité de 60 places. De même, 11 places ont été maintenues au sein du Foyer d’accueil Lycklama. Au total, 6 180 repas ont été servis aux sans-abris (midi et soir) sur ces deux sites ;
  • la livraison de 608 colis alimentaires aux personnes les plus défavorisées et la mise en place d’une aide aux courses pour 170 personnes en habitation individuelle et 40 personnes en résidence autonomie, soit 711 courses apportées à domicile ;
  • le suivi de 198 personnes en maintien à domicile grâce à l’intervention de 29 aides du CCAS et la livraison de 320 repas (48% d’augmentation par rapport au service habituel en raison du confinement) ;
  • l’organisation d’une vaste campagne téléphonique pour informer les habitants et recueillir leurs besoins (8 995 personnes appelées, 2 712 personnes identifiées vulnérables contactées régulièrement) ;
  • l’accueil 7 jours sur 7 dans le respect des consignes sanitaires des enfants des personnels mobilisés (soignants, médio-social, policiers, gendarmes, pompiers, aides-soignants, caissiers et caissières, etc.) dans les crèches et écoles communales (1 772 accueils réalisés durant le confinement) ;
  • la publication de modules numériques culturels et sportifs pour accompagner le quotidien des Cannois confinés.

Soutenir le tissu économique local et l’emploi

Tout au long du confinement, David Lisnard a accompagné les entreprises, commerçants, artisans et indépendants locaux durement impactés par la crise économique. Ce soutien s’est traduit par la mise en œuvre de dispositifs utiles, innovants, simples et concrets voués à soutenir leur activité et participer au maintien de leur chiffre d’affaires, comme :

  • l’annuaire des commerçants cannois, une plateforme numérique de mise en relation des habitants avec les commerçants de proximité qui proposent la livraison de plats cuisinés et denrées alimentaires ;
  • le service municipal « Allô Courses » de mise en relation entre consommateurs et commerçants pour la commande et la livraison de produits frais et de livres (946 appels pour 254 commandes) ;
  • la mise en place d’un guichet unique qui a recensé 261 appels de professionnels pour des renseignements sur les aides gouvernementales ;
  • la réouverture des marchés alimentaires dès le 19 avril dans le respect des gestes barrière pour favoriser la consommation locale ;
  • la piétonisation quotidienne de la rue d’Antibes de 12h à 20h et du Carré d’or pour favoriser l’affluence des piétons dans le respect de la distanciation, et la mise en place de pistes cyclables supplémentaires ;
  • la transformation des dons financiers reçus par la Mairie dans le cadre de l’opération #Helpcommerces en achats auprès des commerçants et artisans cannois et à destination des personnels mobilisés ou publics fragiles ;
  • la prolongation de la gratuité du stationnement sur voirie jusqu’au 1er juillet afin de donner un coup de pouce supplémentaire à la fréquentation du centre-ville et faciliter la vie de tout un chacun ;
  • le lancement d’une vaste campagne de communication et d’incitation à la consommation de proximité « Soutenons nos commerçants – Relocalisons nos achats » ;
  • la mise en ligne de la marketplace « shoppeer », une plateforme numérique et une application mobile qui regroupent l’offre commerçante de proximité (Cannes et Agglomération Cannes Lérins) afin de sauvegarder l’économie en incitant à (re)consommer local ;
  • le « Plan d’Accompagnement, de Soutien et de Sauvegarde » des entreprises de l’Agglomération Cannes Lérins, pour la survie en trésorerie des commerçants du bassin cannois.

Par ailleurs, afin de pallier l’arrêt total et brutal de l’activité des commerces et entreprises cannoises, la Mairie de Cannes a immédiatement mis en œuvre des mesures d’aides économiques directes (acquittement des droits d’occupation du domaine public communal et des loyers des locaux professionnels, exonération partielle de la T.L.P.E., etc.) qui représentent un soutien économique de 2 101 635 €.

Mener une campagne de dépistage offensif

Soucieux de lutter efficacement contre le Covid-19 et en anticipation du déconfinement progressif décidé par le Gouvernement le 11 mai, David Lisnard, maire de Cannes, a engagé une première phase de dépistage offensif RT-PCR. Cette stratégie fait partie des éléments fondamentaux pour limiter la constitution des chaînes de transmission du virus et a ciblé en priorité 3 000 personnes parmi les publics fragiles ou très exposés, comme les résidents et personnels des EHPAD et résidences autonomie, ainsi que les agents municipaux, intercommunaux et personnels du Centre Communal d’Action Sociale en contact direct avec le public.

Parallèlement, cinq centres de dépistage en mode « drive » sont en fonctionnement depuis le mois de mars sur la commune de Cannes ainsi qu’un automate de dépistage RT-PCR à l’Hôpital de Cannes Simone Veil.

Guide du déconfinement cannois - En savoir