Réaction D. Lisnard : entretien du Président de la République avec les restaurateurs et les hôteliersCOVID-19 - « Aucune date de réouverture n’est annoncée aux professionnels du tourisme, c’est pourtant essentiel pour une reprise d’activité dans le respect des conditions sanitaires ».

« Aujourd'hui, le Président de la République s'est entretenu avec les représentants des socioprofessionnels du secteur du tourisme.

Parmi les annonces faites à l’issue par le ministre de l’Economie et des Finances, je me réjouis :     

  • que le secteur du tourisme soit érigé en "priorité nationale" et qu’un plan d’investissement et de relance massifs soient envisagés, comme je l’avais proposé dès le 14 avril avec un plan Marshall pour le tourisme ;
  • du renforcement des mesures de soutien à un secteur qui vit une situation dramatique pour lequel la priorité n°1 est de sauver les entreprises (notamment l’élargissement de l’éligibilité du fonds de solidarité aux entreprises de 20 salariés et 2 millions d’euros de chiffre d’affaires avec des aides jusqu’à 10.000€ au lieu de 5 000 € précédemment) ;
  • de l’annonce d’un fonds d’investissement qui solliciterait les banques et les assureurs dont j’ai saisi à ce sujet les fédérations nationales dès le 10 avril dernier ;
  • de l’engagement d’un travail avec les professionnels sur des protocoles d'accompagnement, notamment sanitaires, par exemple pour les brasseries, les hôtels, les restaurants, les rencontres professionnelles. Ces protocoles prendraient la forme de guide des bonnes pratiques avec une valeur juridique (par exemple dans les restaurants, tables espacées d'un mètre, pas plus de huit personnes par réservation, lavage des mains par le personnel toutes les 30 minutes). Cette démarche qui concilie sécurité sanitaire et reprise économique est une nécessité et aurait déjà dû être enclenchée comme je l’avais indiqué le 14 avril par courrier au Président de la République et que je lui ai répétée hier.

En revanche, aucune date de réouverture n’est annoncée. C’est pourtant essentiel afin de permettre aux professionnels de retravailler dans le respect des conditions sanitaires.

Sur la reprise de l'activité économique, tout particulièrement dans le secteur du tourisme, ce dont ont effectivement besoin ardemment toutes les professions, à l'instar de ce qui a été bien fait dans le bâtiment, c'est d'avoir des protocoles datés sanitaires précis, par métier, des plans d'accompagnement de mise en place de ces protocoles sanitaires - en termes de dépense de fonctionnement, d'investissements, de logistique - pour retrouver des flux économiques et concilier cette exigence de protection de la population en terme de santé et cette exigence de reprise des flux économiques en ville, en apprenant à vivre avec la maladie.

Le renvoi à fin mai des décisions pour l’annonce d’une date de réouverture (et donc un calendrier et des espoirs qui n'en seront que repoussés) ne fait qu'entretenir l'angoisse de milliers de professionnels en attente d'une doctrine nationale claire et d'une chronologie méthodologique.

Comme je l'ai rappelé hier, 23 avril, au Président de la République lors notre visioconférence avec les maires, le secteur du tourisme est le premier producteur d'emplois et de richesse à l'échelle nationale : plus de 7% du PIB et 20% sur la Côte d'Azur.

Il est donc plus que temps que l’État communique une doctrine nationale fiable, avec des protocoles sanitaires précis et des perspectives datées pour les brasseries, les hôtels, les restaurants, les rencontres professionnelles. »

David Lisnard, Maire de Cannes, Président du CRT Côte d’Azur France

 

 

CORONAVIRUS COVID-19 - POINT SUR LA SITUATION, LES BONS RÉFLEXES… EN SAVOIR