Croisières : D. Lisnard alerte E. Philippe sur les conséquences environnementalesDavid Lisnard a récemment alerté Edouard Philippe sur l’urgence de faire évoluer la législation en matière de navigation maritime afin de donner un pouvoir de police aux maires des communes du littoral.

Aujourd’hui, cette nécessité est d’autant plus impérative qu’en pleine saison estivale, la baie de Cannes voit affluer un grand nombre de paquebots de croisière, dont certains émettent des fumées qui inquiètent, à juste titre, résidents cannois et touristes. Aussi, David Lisnard alerte à nouveau l’État sur cette problématique dont l’urgence environnementale et climatique commande d’agir sans délai.


Photographie prise le 27 juin dernier d’un paquebot, ancré dans la zone de pilotage définie par arrêté du Préfet maritime, qui montre bien de la fumée blanche sortir en continu des cheminées alors qu’il est à l’arrêt - DR

À ce jour, la Mairie de Cannes n’a connaissance d’aucun contrôle effectué par l’État sur les bateaux de croisière de plus de 80 mètres mouillant en baie de Cannes. Quant à la Convention sur la protection du milieu marin et du littoral de la Méditerranée, dite « Convention de Barcelone », entrée en vigueur le 9 juillet 2004, elle reste à ce jour lettre morte.

Pour David Lisnard, il est donc urgent d’agir afin que les communes du littoral aient les marges de manœuvre nécessaires pour lutter contre les pollutions marines des paquebots, en application du principe de subsidiarité écologique.

« Encore une fois, il ne s’agit pas d’être contre les croisières mais contre la pollution en favorisant les embarcations respectueuses de la qualité de l’air, de l’eau de mer et des fonds marins. » souligne David Lisnard.

Télécharger le courrier envoyé à Édouard Philippe

David Lisnard, maire de Cannes, propose que les Maires des communes du littoral aient les pouvoirs nécessaires pour lutter contre les pollutions marines des paquebots. Il a ainsi saisi le Premier Ministre afin de lui faire part des deux propositions suivantes dans le cadre du projet de Loi d’Orientation des Mobilités (LOM) :

  1. la création juridique d’un nouvel outil intitulé Zone Maritime de Gestion Portuaire, qui permettrait d’étendre les pouvoirs de police portuaire au-delà du périmètre stricto sensu du port sur une zone à déterminer entre les Maires et le Préfet Maritime ;
  2. la création d’une police spéciale environnementale du Maire en matière maritime pour doter les Maires d’un véritable pouvoir de police de l’écologie en matière de navigation. Ils pourraient ainsi contrôler et sanctionner les navires naviguant et mouillant sur leurs côtes (notion juridique de baie à définir) et qui ne respecteraient pas les normes environnementales.

Par ces propositions, il ne s’agit pas pour David Lisnard d’être contre les croisières mais contre la pollution en favorisant les embarcations respectueuses de la qualité de l’air, de l’eau de mer et des fonds marins.

Des avancées fortes qui devront nécessairement être accompagnées par le gouvernement d’un durcissement des normes environnementales vis-à-vis de l’activité de croisière, comme le suggère David Lisnard dont la légitimité sur le sujet est évidente, Cannes ayant accueilli 162 escales et près de 370 000 croisiéristes en 2018.