Charançon rouge : préservons nos palmiers !La Mairie de Cannes, qui multiplie les interventions pour lutter contre sa propagation sur le domaine public cannois, a décidé de répondre à un appel à projet de Région Sud afin de s’engager dans une approche globale et préventive par des projets expérimentaux de lutte innovante, notamment biologiques – une première pour une collectivité française !

Ce combat inclut aussi les particuliers propriétaires de palmiers, qui peuvent aussi désormais se doter de ces nouveaux outils à tarifs préférentiels. Une collaboration public/privé essentielle face à la menace qui plane sur tous les palmiers du bassin cannois.

Particuliers : un rôle essentiel

Pour accompagner les mesures engagées par la collectivité, les propriétaires de palmiers ont aussi le devoir de contribuer à limiter la propagation du ravageur.

Ils doivent ainsi déclarer le foyer au service du ministère de l’Agriculture en charge de la protection des végétaux sur le département (SRAL) et à la direction des espaces verts de la Mairie de Cannes. Il leur faut ensuite choisir une entreprise reconnue apte à intervenir sur les palmiers et prévenir au minimum trois jours avant, le SRAL et la Mairie de Cannes, de l’exécution d’un chantier, par le biais d’un formulaire adapté téléchargeable ici ; intervenir sur le palmier infesté dans un délai de 15 jours ; l’assainir afin de détruire les ravageurs présents et continuer d’appliquer les traitements préventifs obligatoires sur le palmier concerné.

En cas de non-respect de l’arrêté ministériel portant obligation de mise en œuvre des mesures de surveillance et d’éradication du charançon rouge, les propriétaires de palmiers contaminés s’exposent à des sanctions pouvant aller jusqu’à 30 000 euros d’amende. Mais avant d’en arriver là, des solutions existent, comme nous l’avons vu plus haut. À chacun de faire preuve de responsabilité pour les mettre en œuvre, dans l’intérêt général comme dans celui de chaque particulier.

 

Charançon rouge du palmier - En savoir