Réaction de David Lisnard au décès de Georget Daumas

« Je suis profondément attristé et ému de la disparition de Georget Daumas.

Sa présence joyeuse et "sémillante" comme j’aimais à le rappeler avec affection lors de nos cérémonies auxquelles il était fidèle, le rendaient immortel à nos yeux et dans nos cœurs.

La triste réalité vient de prendre dans ses filets le plus Suquettan des Cannois et le plus attachant des papets. Ni donneur de leçon ni nostalgique du temps passé, il aimait la jeunesse en qui il voyait toutes les promesses de la vie. C’était sa façon de cultiver le bonheur.

En 2014 il m’avait fait l’honneur de clôturer la liste municipale que je conduisais pour Cannes. C’était autant une marque de fidélité que de confiance et d’attachement. Aujourd’hui sa disparition m’affecte en tant que Maire car le souriant visage de Georget Daumas incarnait le Cannes authentique que nous aimons. Elle me touche à titre personnel puisque, maraicher sur le carreau Forville, il fréquentait mon grand-père qui tenait le Soleil d’azur à deux pas du marché.

Georget Daumas était bien plus que l’historique Président de l’Espérance de Cannes, il en était l’âme et le rayonnement. De la même manière qu’il incarnait l’âme de Cannes, fidèle à ses racines et généreux dans son ouverture aux autres.

Je conserve intact le souvenir de la surprise que nous lui avions réservée l’année dernière lorsque nous l’avons fêté à l’occasion de la Sainte Cécile au Suquet. Il avait accueilli cet hommage avec toute l’authenticité et la simplicité qui faisaient de lui une belle personne, vraie et pudique dans la joie et dans les peines aussi qui ne l’ont pas épargné.

Je m’associe à la tristesse et au chagrin des membres de l’Espérance de Cannes. Ma pensée la plus attristée va bien sûr à son fils Gérard, à sa famille et à sa tendre épouse Claudine qu’il a veillée avec tendresse et qu’il rejoint aujourd’hui.

Adieu mestre, fiero d’estre lo tieu amic »


Georget Daumas et David Lisnard