Restauration scolaire, gaspillage… Cannes vise haut !

4 610 petites bouches à nourrir chaque midi... mais pas n’importe comment. C’est une mission majeure, pour ne pas dire essentielle, qui incombe à la Mairie de Cannes : allier la quantité et la qualité pour chacun des 620 000 repas annuels servis aux écoliers.

Reportage vidéo

Cahier des charges revu à la hausse

Dès 2014, la barre a été placée plus haut afin de relever le niveau d’exigence des repas scolaires afin de proposer une alimentation saine et équilibrée. Dès le début du mandat, le maire de Cannes, David Lisnard, a ainsi fixé de nouveaux objectifs au cahier des charges du délégataire.

L’idée : rendre ce service public meilleur, sur le papier… comme en bouche.

Parmi les points développés :

  • 100 % des repas servis sont « faits maison », avec des produits frais ;
  • Engagement en matière de développement durable ;
  • Privilégier les filières locales, notamment les produits issus de la basse vallée de la Siagne où la Mairie de Cannes favorise l’optimisation agricole ;
  • Le service amélioré ;
  • Améliorer le rapport qualité/prix afin de maintenir un prix bas et ne pas peser sur le budget des familles.

100 % de « fait maison »

Trois ans plus tard, le bilan est plus que positif. Aujourd’hui, les élèves demi-pensionnaires cannois ont droit chaque jour à des plats entièrement « Fait maison ». Mayonnaise, omelette, viande, poisson, légumes, purée, lasagnes, tartes, gâteaux… tout est cuisiné dans les règles de l’art (culinaire !).

Les nutritionnistes planchent à longueur d’année sur l’élaboration des menus qui viendront éveiller la curiosité et l’intérêt des enfants, régaler leurs papilles. Avec pour base de travail le respect de la saisonnalité des produits.

Circuits courts + produits frais + produits bio

L’exigence nutritionnelle requise par la Mairie de Cannes impose donc fraîcheur et traçabilité. Toutes les viandes et les volailles servies sont Label Rouge. Le poisson, servi deux fois par semaine, est « plein filet ». Même le fromage râpé qui vient agrémenter les pâtes des pitchouns est « 100 % emmental »…

Consciente des enjeux environnementaux qui se cachent derrière la notion de restauration scolaire, la Mairie de Cannes s’emploie à privilégier les circuits courts. Jusqu’à mener une politique proactive en favorisant l’installation d’agriculteurs dans la basse vallée de la Siagne. Un développement local qui, in fine, vise à fournir les cantines cannoises. L’été dernier, à titre d’exemple, 30 % des produits servis aux enfants ont été approvisionnés depuis la production locale. Sur l’ensemble, 80 % des produits sont, au minime, issus de l’agriculture française.

Concernant la part des produits labellisés bio, actuellement, les repas comptent 20 % de produits issus de l’agriculture biologique.

Les produits bannis de la cuisine

À contrario, si le bio a toute sa place dans la cuisine centrale qui fournit les repas des 32 écoles de Cannes, certains aliments ont été purement bannis des placards et frigos. Exit les plats industriels, trop gras, trop sucrés, nuggets, frites, huile de palme, biscuits sucrés, barres chocolatées, sodas, sirops…

Il ne s’agit pas simplement de supprimer purement et simplement les aliments malsains, mais d’expliquer et sensibiliser les enfants. De nombreuses actions à portée pédagogique sont ainsi menées auprès des élèves : des menus à thèmes, opérations spéciales, intervention de chefs…


Animation Cuisine & Prestige : repas gastronomique pour les écoliers Cannois

Tu ne gaspilleras point !

Le gaspillage alimentaire en baisse dans les cantines cannoises. La Mairie de Cannes a installé un dispositif spécial, des tables de tri et de pesées quotidiennes afin que chaque enfant puisse prendre conscience de la valeur du reste alimentaire de son assiette. Les élèves sont aussi régulièrement sensibilisés sur ce sujet par le biais d’animations, de menus spéciaux, de « défi anti gaspi »…

Les actions mises en place à Cannes portent leur fruit. Sur les six premiers mois 2017, le gaspillage de plus de 20 kg de pain, soit 100 baguettes, a été épargné. Au niveau des repas, les élèves s’impliquent de plus en plus : les 163 g de nourriture gaspillée par enfant et par jour en février dernier sont tombés à 124 g en juin. Un résultat cannois meilleur que la moyenne nationale qui enregistre 149 g d’aliments gaspillés par enfant chaque jour.

Ça ne coûte pas plus cher de bien manger…

« Ça ne coute pas plus cher de bien manger » ! Phrase souvent entendue mais qui prend tout son sens à Cannes. La mairie met un point d’honneur à défendre les intérêts des contribuables cannois, et a fortiori des familles. De fait, afin de préserver leur budget, la mairie de Cannes a réussi à serrer les coûts sans rogner sur la qualité. Aujourd’hui, les petits cannois ont donc accès à des repas « fait maison », frais, nutritifs, équilibrés, sains, variés et bons... entrée, plat, dessert au prix de 3,05 €.

La Mairie de Cannes, qui place les questions de l’enfance et l’éducation au centre de ses priorités, ne relâchera pas l’effort en matière de restauration scolaire.

Une affaire de coût, une affaire de goût !