La voie rapide en voie… d’embellissement !

Elle a été imaginée pour améliorer la circulation routière. Premier coup de pioche en 1967. Inauguration en 1974.

L’ouvrage a fait le job : 30 000 véhicules y circulent chaque jour. La couverture de la voie ferrée – on l’appelle surtout voie rapide – a aussi fait son temps. En tout cas, dans son allure actuelle… relativement inesthétique !

Approuvé à l’unanimité

Acté en séance du conseil municipal lundi soir, le réaménagement de la voie rapide a été approuvé à l’unanimité. « Nous avons décidé de transformer la couverture de la voie ferrée, un axe de type rocade, en voie verte pour lui conférer un caractère urbain qualitatif et intégré au paysage cannois », a présenté le maire de Cannes.

Le rond-point des Gabres pour commencer

Les travaux devraient démarrer dans le courant 2017 par le rond-point des Gabres – rond-point Maubert de son vrai nom – situé à l’extrémité est de la voie rapide, avec cette idée d’en faire une porte d’entrée de la ville.


Cliquer pour zoomer

« Notre objectif est d’embellir cette artère avec une végétation typiquement méditerranéenne, a précisé David Lisnard. Et un parti pris artistique décliné autour de la thématique Riviera et Arts ». 

Arbres méditerranéens, galets de grandes tailles, déclinés en blancs et bleu Klein, sculpture monumentale au centre de l’îlot entouré de deux jets d’eau, nouvel éclairage…


Rond-point des Gabres

2 km à réaménager

La réhabilitation de l’ensemble des 2 km de la voie rapide sera réalisée en plusieurs phases. Avec une attention particulière portée aux carrefours stratégiques et aux extrémités :

  • Le carrefour Clemenceau-Vallombrosa, porte ouest d’entrée et de sortie de ville, en lien avec Boccacabana.
  • Le pont des Suisses, point d’entrée du quartier historique piéton du Suquet en cours d’embellissement.
  • Le pont Carnot, nœud stratégique avec la gare entièrement requalifiée et le centre Croisette.
  • Le carrefour République, en lien avec le quartier Prado République en pleine mutation et la rue d’Antibes.


Pont Carnot - Cliquer pour zoomer

Réduire les nuisances

En dehors de toute considération esthétique, les aménagements de la nouvelle voie rapide auront aussi pour priorité de réduire les nuisances inhérentes à ce genre de rocade. « C’est le 2e objectif de ce projet : diminuer les nuisances, qu’elles soient visuelles ou sonores », a confirmé le premier magistrat. Il sera aussi question d’améliorer la sécurité, routière et piétonne, notamment l’accessibilité des personnes à mobilité réduite.

Les objectifs de cette réhabilitation ont d’ailleurs été clairement définis :

  • Améliorer et sécuriser les cheminements piétons sur l’ensemble de la voie rapide.
  • Diminuer l’impact visuel et sonore de la voie ferrée en partie inférieure de l’ouvrage par l’installation de parois verticales sur les sections ouvertes (boulevard d’Alsace, rue du Docteur Budin, rue Tuby) et en partie supérieure par un revêtement de voirie phonique. « Les bordures de la voie ferrée seront recouvertes de résilles qui permettront d’améliorer grandement l’esthétique du secteur, a précisé David Lisnard. On pourra y les habiller avec des jeux de lumières, etc. »
  • Rénover l’étanchéité de l’ouvrage en face supérieure dont les joints de dilatation.

La future voie rapide offrira, non plus une coupure, mais un lien agréable et esthétique entre le nord et le sud de la ville.