Festival : B. Cazeneuve et D. Lisnard cultivent l’exigence de la sécurité

La promesse d’une visite avait été annoncée. Lundi, le rendez-vous a été honoré. Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve s’est donc rendu en personne à Cannes pour vérifier, avec le maire de la ville David Lisnard, le dispositif de sécurité du 69e Festival de Cannes.

C’est dans le bureau de l’édile cannois que l’ensemble des forces et autorités investies de cette mission sécuritaire ont fait le point, à l’occasion d’une réunion de calage des derniers détails du dispositif.

Sécurité au « maximum »

Si l’efficacité appelle la discrétion, le ministre de l’Intérieur a toutefois révélé une partie de l’effectif dédié au 69e festival de Cannes. « Les moyens que nous avons mobilisés sont exceptionnels. D’abord avec 400 agents de sécurité privée dédiés aux contrôles de l’ensemble des accès du Palais des Festivals, des véhicules également. La Ville de Cannes mobilisera sa police municipale au maximum de ses capacités. S’agissant la police nationale, plusieurs centaines de policiers seront engagés chaque jour, ainsi qu’un renfort de douze motards, une équipe de démineurs pour des inspections quotidiennes, quatre unités de forces mobiles, sept nageurs sauveteurs pour la sécurisation des plages, renforcée par le déploiement de moyens d’interception. » Et Bernard Cazeneuve d’ajouter : « D’autres moyens spécialisés seront également déployés… La gendarmerie nationale assurera la lutte contre la délinquance dans les zones périphériques de la ville de Cannes car le maire a souhaité un maximum de sécurité pour les citoyens qui vivent à proximité. »

Reportage vidéo

« C’est ma préoccupation majeure de maire »

C’est effectivement un point sur lequel David Lisnard a mobilisé toute l’attention du ministère de l’Intérieur à l’occasion de nombreux échanges. Pour le premier magistrat, si « la problématique est de sécuriser au mieux le Festival de Cannes, elle consiste aussi, et c’est ma préoccupation majeure de maire, à protéger les biens et les personnes, les professionnels, festivaliers et habitants. Et ce dans toute la ville : écoles, centres commerciaux, transports… C’est une exigence qui a été prise en compte. »

Le premier policier de France l’a confirmé dans un sourire : « C’est vrai, le maire de Cannes m’écrit beaucoup ! Il a une pugnacité et un intérêt pour son territoire, et il le défend bien. »

Limiter le risque

De quoi rassurer les Cannois et les nombreux visiteurs de la quinzaine. Sans toutefois oublier que « le risque zéro n’existe pas et n’existera jamais, a tenu à rappeler le maire de Cannes. En revanche, anticiper le risque, le prévenir, faciliter la coordination entre les services ‑ comme lors de l’exercice de simulation d’attentat récemment ‑ permet de limiter considérablement ce risque. »

Un risque d’autant moins négligeable de par la nature et l’ampleur de l’événement. « Cannes devient pendant deux semaines la capitale mondiale du cinéma, a convenu le ministre. Ce Festival représente un enjeu de sécurité ». Avec d’évidentes contraintes : « La dimension mondiale de l’événement, sa visibilité, le nombre élevés des personnalités dont il faut assurer la protection, la concentration des foules dans l’espace public, tout en préservant une atmosphère de convivialité. »

Cannes : un enjeu pour la France

Pour David Lisnard, l’enjeu dépasse effectivement les frontières cannoises. « Le Festival de cannes constitue un enjeu national. Ce n’est pas une réunion mondaine, ce n’est pas un lieu de paillettes… C’est le premier festival culturel au monde. C’est la première rencontre des professionnels du cinéma. C’est une fenêtre sur la diversité culturelle. C’est un enjeu majeur pour la capacité de la France à accueillir des événements qui contribuent à sa prospérité et à son rayonnement. Le festival doit être protégé parce qu’il convient de protéger un événement professionnels d’un si haut niveau. »

Une manifestation sur laquelle le monde entier a les yeux rivés chaque année. Et Bernard Cazeneuve s’en félicite. Absolument conscient que « nous sommes à la veille d’un considérable événement qui va permettre à notre pays de rayonner sur le plan international ». Et de conclure : « J’ai une obsession, et une seule, faire au mieux pour la sécurité des Français ».