Cannes teste les poubelles du futur

Dans cinq mois, les Cannois assisteront peut-être à une révolution dans les poubelles. Pour l’instant, « les quatre fantastiques » qui viennent tout juste de débarquer à Cannes doivent encore faire leurs preuves.

Sur le papier, la promesse a effectivement de quoi taper dans l’œil : diminuer par cinq le volume des déchets et donc, parallèlement, alléger la facture de la collecte de 80 % !

L’argument a fait mouche auprès du maire de Cannes toujours en quête d’économies supplémentaires. David Lisnard a donc décidé d’installer en test les corbeilles à compaction solaire (de leur vrai nom). Les quatre poubelles – techniquement innovantes – ont donc le pouvoir de compresser 600 litres d’ordures en 120 litres de capacité. Autrement dit, pas besoin de calculs complexes pour comprendre que le nombre de passages des agents pour la collecte est divisé d’autant. Un gain de temps considérable qui permettrait ainsi d’affecter les bras disponibles à la propreté d’autres secteurs.

Écologique en plus

Le gain est aussi écologique. Alimentées par l’énergie solaire, ces corbeilles permettent également d’épargner de nombreux allers-retours quotidiens des véhicules de ramassage. Avec donc, à la clé, moins de CO2 dans l’air. Ces émissions seraient d’autant plus réduites que cette poubelle – intelligente – est capable de communiquer à distance son niveau de remplissage en temps réel, et donc d’alerter quand ses indicateurs passent au rouge.

Et meilleure voisine

Et pour les Cannois, la gêne (bruit, pollution) que peuvent parfois représenter les tournées de collecte de déchets serait également diminuée. Une perspective qui séduit aussi le maire de Cannes dans son autre quête : l’amélioration du cadre de vie des habitants.

Pour l’heure, les quatre corbeilles du futur – plage Macé sur la Croisette, square Reynaldo Hann, face hôtel Marriott et gare maritime ‑ ont déjà revêtu les couleurs de la lutte contre l’incivisme menée à Cannes. Elles resteront en période d’essai jusqu’au 30 septembre. Gratuitement.

Simplement friandes de soleil… comme tout le monde !