Finances de la Mairie : 2015, la rigueur paye !

Conseil municipal

Optimiser les dépenses, chasser les gaspillages, mutualiser les services… serrer les boulons. La Mairie de Cannes n’a pas dévié de la trajectoire d’économies drastiques dessinée par David Lisnard au printemps 2014.

L’approbation des comptes administratifs de la Mairie de Cannes lors du conseil municipal ce lundi, a été l’occasion de mesurer pleinement les résultats de la « rigueur bénéfique » que la Ville administre, chaque jour, comme un principe de gestion saine, plus encore que comme un remède au désengagement de l’Etat envers les communes. Avec en 2015, une ardoise alourdie de 10 millions d’euros laissée à la municipalité cannoise à la suite des prélèvements, des dotations globales de fonctionnement (DGF), des transferts de charges non compensés, l’augmentation de la péréquation.

12 millions d’euros de dépenses réelle en moins

Malgré ce boulet financier aux pieds, la Mairie de Cannes réussit à dégager un excédent de fonctionnement de 10 millions d’euros supérieurs par rapport à l’année précédente (63 millions d’euros).

La municipalité a su reformer ses troupes dans un nouvel ordre de bataille, celui de la recherche constante d’économies. Et le travail dans ce domaine a payé : en 2015, les dépenses réelles de fonctionnement ont baissé de plus de 5 %, ce qui représente un gain de 12 millions d’euros. La chasse aux gaspillages lancée par David Lisnard porte ses fruits avec une baisse des charges à caractère général de plus de 6 %, soit 3,5 millions d’euros : forte réduction du nombre de véhicules de service, baisse des achats de carburants, gains de productivité du nettoiement et des espaces verts, près de 200 000 euros gagnés sur les factures municipales d’eau, gaz et électricité, etc.

La réduction des effectifs, réalisée dans l’intérêt du contribuable cannois sans altérer la qualité du service public, a également permis de baisser de 1,3 million d’euros les charges de personnel (- 73 agents permanents).

L’attractivité en levier fiscal et aucune hausse des taux d’impôts

Au chapitre des recettes réelles de fonctionnement, la Mairie de Cannes parvient à maintenir le niveau malgré la baisse de la DGF. Une prouesse économique due à des bases fiscales dynamiques qui s’expliquent par l’attractivité croissante de la commune grâce à des décisions municipales fortes : pas d’augmentation des taux des impôts communaux à Cannes (contrairement, en seulement deux ans, à 37 % des communes françaises) et aucune remise en question des abattements préalablement consentis. Avec, en conséquence, un impact direct sur le volume des transactions immobilières en hausse qui ont permis à la Ville de percevoir 1,4 million d’euros de taxe supplémentaires.

La dette en baisse historique

La stratégie de la municipalité, à la lumière des comptes 2015, conforte les choix déjà opérés. D’autant qu’ils restent complètement compatibles avec le respect des engagements du mandat, ce malgré les conséquences des intempéries du 3 octobre 2015. La Mairie de Cannes a investi à hauteur de 37 millions d’euros dans ses différents projets l’an dernier. Elle signe aussi, et surtout, un désendettement historique de 32,77 millions d’euros, dans la droite lignée de l’objectif fixé par le maire de Cannes.

Enfin, la Mairie de Cannes conserve une forte capacité d’autofinancement nette qui s’établit à plus de 16 millions d’euros… soit 11 millions d’euros de plus qu’en 2014.

La municipalité garde donc la main sur ses finances, avec une indéniable maîtrise. Et protège, ainsi, les Cannois de la démobilisation permanente de l’État.