Dégazage en mer au large de Cannes, David Lisnard réagit

 « Un dégazage en mer, au large, a créé une pollution marine. Elle atteint cet après-midi les plages du littoral de Cannes, au niveau du boulevard du Midi. Cet acte aux conséquences graves est inacceptable et révoltant. Il est particulièrement malvenu dans le contexte que nous affrontons en ville.

J’ai immédiatement demandé l’obtention des images satellites sur ce secteur pour que le pollueur puisse être identifié et, je l’espère, lourdement sanctionné par les services maritimes de l’État qui en ont la responsabilité.

Depuis mon élection à la Mairie de Cannes en avril 2014, j’ai engagé notre collectivité dans la lutte contre toutes les pollutions, dans le champ relevant des prérogatives communales. Cette lutte doit être menée à tous les niveaux par l’ensemble des protagonistes.

Je demande aussi que la législation en matière d’interdiction et de répression des rejets de déchets et eaux usées des navires évolue en donnant les moyens d’être respectée et de combattre véritablement la pollution marine.

Depuis plusieurs années, des mesures ont été prises sur les ports municipaux, notamment le port Canto, pour limiter le rejet des eaux usées et sensibiliser les plaisanciers sur leurs obligations et l’impact de ces eaux sur la faune et la flore :

  • mise en place depuis 2012 d’une déclaration sanitaire,
  • gratuité durant la haute saison du service de pompage des eaux usées par barge pour les unités inférieures à 25 mètres,
  • réunion entre les capitaines de grandes unités et la direction du port pour rappel de la règlementation MARPOL et de l’obligation de « zéro rejet dans le port » (suite à ces réunions, plusieurs plaisanciers ont effectué des travaux à bord de leur bateau afin d’améliorer leurs installions de traitement et leurs capacités de stockage),
  • campagnes de sensibilisation menées au sein du port sur la préservation de la faune et de la flore avec le CPIE Côte d’Azur.

Cannes nettoie sa baie et ses fonds marins après chaque feu d’artifice. Alors que la municipalité de Cannes s’efforce de protéger le domaine public et l’environnement sur la commune, en faisant distribuer 30 000 cendriers de poche sur les plages et en ville, en faisant verbaliser par la Police municipale les dépôts sauvages d’encombrants (1677 verbalisations depuis avril 2014) et les jets de détritus (645 verbalisations depuis avril 2014) par exemple, il est temps que l’État assume ses prérogatives de répression des pollueurs, y compris sur la mer, socle de notre identité et de notre développement.

Pour que nos efforts ne soient pas vains, le Gouvernement doit prendre la mesure des conséquences de tels phénomènes et agir sans attendre pour adapter la réglementation et faire appliquer des sanctions exemplaires. »

David Lisnard
Maire de Cannes,
Vice-Président du Département des Alpes-Maritimes

Dégazage en mer au large de Cannes